Le Kirghizistan connait un climat continental, sec, chaud durant l’été et froid durant l’hiver. Les rares chutes de neige stagnent de longues semaines sous le soleil peu ardent et la froideur, pour se transformer en une couche de grains transformés, roulant comme des billes. Les torrents et rivières se dotent d’une carapace de glace de plus en plus épaisse qui, souvent, masque le cours d’eau lui-même. Après quelques semaines, on ose s’y aventurer, non sans veiller à ses appuis. La ballade le long du torrent se transforme en un parcours sans cesse changeant, avec de nombreuses traversées non pas à gué mais à glace.

Les chiens sont innombrables au Kirghizistan, laissés à eux-mêmes en pleine campagne, mi-sauvages. Il s’en trouve souvent un pour vous accompagner et glaner quelque pitance à l’occasion de la pause pic-nique. Ce jour de décembre, « Pouch » nous accompagne le long du torrent de Churkunchark qui s’enfonce dans un vallon étroit… Curieux comme nous, prudent comme nous, plus à l’aise toutefois.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :