Brouillard juste levé
Le givre habille la végétation automnale: frissons

Le Kirghizistan est une terre de contrastes, quelles que soient les saisons: en ce début d’hiver, les brouillards occupent la plaine de Bishkek, la capitale; il y neige, certes en petites quantités, et parfois le givre offre de magnifiques décors hivernal. À peine au-dessus de la couche nuageuse, le temps reste sec et le décor brunâtre. Retour à l’automne…

Plus l’on monte, plus la neige … diminue!

Sur le versant nord de la chaîne de Ala Too, la neige laisse croire à de bonnes conditions; détournez cependant la montagne et regardez les versants sud des sommets: toute la neige à disparu. Ce qui profite à la faune qui dispose d’immenses versants dégagés de neige pour brouter en toute quiétude. Plus l’on monte, moins il y a de neige fraîche. Un guide de montagne de la région m’explique que c’est toujours ainsi: en altitude la neige est soufflée par les vents et déposée sur les versants abrités. Dans le parc national de Ala Archa, il faut attendre le mois de mars avant de bénéficier de conditions de neige favorables. Alors essayons de nous rendre sur l’autre versant de la chaîne montagneuse.

La vallée de Suusamyr est au-dessus de 2000 mètres d’altitude; il y règne des températures glaciales, souvent les plus froides de la région. AUx alentours de la station de ski de Too-Ashu, il y a effectivement assez de neige pour chausser ses skis et s’aventurer sur les pentes. Certes le sol reste perceptible avec la pointe des bâtons et dans la descente, on pénètre jusqu’au fond. Mais ça passe…et nous ne sommes qu’au début décembre. Prudence toutefois à la descente: on skie sur la pointe des spatules! Après une première tentative en altitude, nous optons pour les alpages, moins rocailleux, où nous osons lâcher nos skis dans les premières courbes de cet hiver 2020/21.

Vidéo: https://vimeo.com/494393651

Autre contraste Kirghize, ce pays qui connaît un climat continental. Seule la proximité d’un lac met suffisamment d’humidité dans l’air pour générer de bonnes précipitations. Situé à l’Est du pays, le lac d’Issyk Köl est l’un des plus vastes aux monde. Sa présence génère un gradient positif d’humidité de l’ouest vers l’est et il faut se rendre sur ses rives pour trouver de la neige. Rien au début, mais plus on roule vers l’est, plus le décor se transforme, jusque dans la région de Karakol où se trouve l’une des rares stations de ski kirghizes. Nous nous arrêtons un peu plus tôt et optons pour la vallée sauvage de Jeti Ogyz. Une piste enneigée permet d’y pénétrer suffisamment pour découvrir des pentes skiables qui ne soient pas trop rocailleuses. Il y rôde des sangliers et des loups, nous dit-on. Nous n’y abandonnons que nos traces.

Vidéo: https://vimeo.com/494394824

Une vallée latérale de celle de Jeti Ogyz, avec un 5000m à l’horizon

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. Merci pour l’article, les très belles photos et videos. J’espère que tout va bien malgré la vie politique aussi bousculée dans ce très lointain pays! A bientôt, à Verbier, peut-être. Anne-Marie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :