Pour consulter l’entier du blog et ses images: ici

Estivage du bétail à 3000m d’altitude

L’aridité des terres kirghizes s’impose au quotidien des campagnes. Elle est due au climat continental qui implique des chaleurs torrides, sans aucune pluie durant les mois d’été. Dans les vastes étendues de collines bordant les plaines, les terres déploient leurs couleurs sans qu’aucune végétation fraîche ne vienne masquer le tableau que parfois elles dessinent avec goût. Le bétail qui y subsiste est habitué à manger l’herbe sèche: du foin sur pieds toute l’année. Seuls croissent quelques arbres et buissons dans certaines combes, là où l’eau coule depuis les sommets. Les villages se trouvent à proximité. Pour observer de la végétation plus ou moins fraîche, il faut prendre de l’altitude et se réfugier sur les versants ombragés pour trouver quelque forêt.

Dans les collines bordant les plaines, les terres déploient leurs couleurs sans qu’aucune végétation fraîche ne vienne masquer le tableau
Sur la route de Churkunchark

À 3000 mètres d’altitude, dans une vaste cuvette guère creusée s’étend un beau lac bleu. On trouve de l’herbe verte en suffisance sur les rives du lac Song Kull et de nombreux troupeaux de bestiaux, vaches, chevaux ou moutons y passent leurs mois d’été.

Estivage du bétail à plus de 3000m d’altitude
De nombreux troupeaux de bestiaux, vaches, chevaux ou moutons passent leurs mois d’été
sur les rives du lac Song Kull

Le voisinage du lac abonde de vie: tout le monde est au Jailoo, l’alpage kirghize, pour deux ou trois mois d’été. Les propriétaires ont dressé leur yourte à proximité d’un point d’eau, où jouent les enfants sous l’oeil des femmes occupées à leurs tâches quotidienne. Ici on trait les vaches, là on baratte le beurre ou l’on bat le lait de jument fermenté dans une peau tannée ou un tonneau. On fabrique ainsi la boisson préférée des kirghizes, le Koumiss, légèrement alcoolisé, que toute la famille consomme avec plaisir. Je m’approche d’une yourte pour demander mon chemin. Très vite femme et enfants se réunissent autour de cet hôte d’un moment et me sert la galette de pain – Lipiochka – la confiture de framboises et même du beurre fraîchement battu. Avec l’inévitable bol de Kumiss: difficile pour eux d’imaginer que je ne puisse aimer leur boisson préférée. Tout visiteur est invité à boire un bol de ce breuvage quelque peu acide, sans faire la grimace pour honorer l’hospitalité des Kirghizes. Il me rappelle le thé au beurre de yack des plateaux tibétains, qui m’avait fait grand bien lors d’une grosse fatigue de par les vitamines qu’il contient et les sels minéraux qu’une nourriture peu variée ne saurait apporter.

Très vite femme et enfants se réunissent autour de moi et elle me sert la galette de pain
Le voisinage du lac abonde de vie: tout le monde est au Jailoo, l’alpage kirghize, pour deux ou trois mois d’été.

Les troupeaux de chevaux ou de moutons sont conduits à cheval par le jeune garçon de la famille, souvent avec l’aide d’un chien. On connaît le loup dans ces contrées; chaque soir les prévoyants réunissent leurs moutons dans un parc à proximité de la yourte et profitent pour traire les femelles non suivies. Vers la mi-août les chefs de famille et les forces vives vont abandonner l’alpage et descendre faire les foins en prévention du long hiver. Les yourtes restent autour du lac jusqu’à la mi-septembre, leurs habitant bientôt chassés par la neige et le froid.

Les troupeaux de chevaux ou de moutons sont conduits à cheval par le jeune garçon de la famille

Ce lieu typique est fort couru par les touristes qui viennent passer une ou deux nuits dans les hôtels provisoires aménagés par les tours opérateurs. Séjour dans une yourte, repas typique sous forme de « Plov » un ragoût de boeuf ou de mouton accompagné de légumes, spécialité kirghize parfois – seulement, tourisme oblige – accompagnée de Koumiss. Et l’on voit parfois un cycliste dûment équipé parcourir la route de terre en direction des cols voisins et croiser un troupeau de brebis et leur berger à cheval. Tableau kirghize.

Passage des participants à la Silk Road Mountain Race au lac Song Kull

Join the Conversation

2 Comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :